Hollande – Haarlem – Lambermon’s

Haarlem à trente minutes d’Amsterdam est une ville périphérique, une ville de banlieue. Attenante à la bien connue libre et enivrante cité de toutes les folies, des lumières rouge et du musée Van Gogh aussi, il serait facile de croire qu’on va retrouver à Haarlem pleins de bons vieux préjugés : délinquance organisée mention voitures flambées.
Mais n’est pas banlieue qui veut. Haarlem n’est pas le Bronx. Elle est loin de tout cela. Pas même un ersatz de proposition de campagne présidentielle pour cette banlieue là. Sauf peut-être l’option Marie-Jeanne en liberté. C’est vrai, celle–ci y est.

En fait, Haarlem en Hollande c’est surtout la tulipe en premier, la propreté nordique des rues, le soin minutieux apporté aux minuscules jardins privés et des maisonnettes toutes prêtes à se faire tirer le portrait. Il y a une longue histoire autour de cette ville là faite de construction navale, de brasseries et de corso fleuris. Une rivière aussi qui la traverse, la Spaarnestad et dont le glougloutement tranquille laisse voguer les péniches paisibles près des berges. Des ruelles qui courent autour d’une cathédrale. Des vélos qui détalent ou qui contemplent en zigzaguant. Des tandems aussi. Portant des cyclistes emmitouflés comme des esquimaux en hiver, habiles tels les équilibristes du cirque Pinder. La roue avant tout. Les piétons ne sont pas prioritaires.

Entre deux sprinters, je slalome avec précaution jusqu’à cette devanture un peu décatie qui rappelle les beaux jours de l’enseigne de Zola réalisant le bonheur de ces dames. Le Lambermon’s, où l’inscription « Manteaux et Confections pour Dames » est encore lisible, recèle aujourd’hui un hôtel ainsi qu’une brasserie. N’ayant pour intention première que d’inviter mon client pour dîner, je ne saurai -cette fois-ci- parler des chambres et des lits.

La cuisine en revanche, quelle surprise. Un plongeon dans l’ambiance titi parisien, colonnes d’acier, hauts plafonds, comptoirs de toujours, serveurs uniformisés et cabotins. Des assiettes combles de Bellota-Bellota à faire pâlir la Rambla et à me donner des envies de flamenco. Et, au risque de me faire bannir des criées marseillaises, une version moderne succulente de la bouillabaisse, à même de déclencher une tempête de mistral sur le vieux port.

Assez inattendu, donc, au pays des horticulteurs mais néanmoins fascinant que ce voyage culinaire en Europe chez un ancien fourreur et couturier.
Chez Lambermon’s si vous ne pouvez plus vous faire tailler un costard, vous aurez toutefois droit à un sur-mesure des musts de la gastronomie et un client conquis.

Lambermon’s,
Korte Veerstraat 1,
2011 CL Haarlem
tel. 023-542 78 04

Cette entrée a été publiée dans La Nomade dévore. Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à Hollande – Haarlem – Lambermon’s

  1. Dawood dit :

    Encore un superbe article. Tu nous offre un vrai voyage culinaire.
    Cdt
    Dawood

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s